Oh Snap!

Please turnoff your ad blocking mode for viewing your site content

img
Home / Voyage et découverte / Beijing ou la cité interdite

Beijing ou la cité interdite

/
/
/
133 Views

La porte Tian’anmen donne directement dans le centre de Pékin. Une ligne d’un axe imaginaire, de 7,8 kilomètres de long, commence dans le sud, à l’emplacement de la porte Yongdingmen, dans l’ancienne muraille extérieure. Plus au nord, cette ligne traverse la porte Zhengyangmen (plus connue sous le nom de Qianmen ou porte du devant), puis la porte Tian’anmen, la porte Duanmen (qui se tient devant le Palais Impérial), et enfin, la porte Wumen, à l’entrée sud du palais. De là, elle continue vers le nord par le biais de la porte septentrionale, Shenwumen (ou porte de la prouesse divine). Elle passe ensuite par le Pavillon de Longévité (Wanshouting) au dessus de la Colline de Perspective (Jingshan) et se termine aux Tours du Tambour et du Clocher.

Cet axe divise la ville en deux moitiés approximativement égales, dont chacune fut construite à l’époque de Ming avec de symétriques paires de portes. Bien que ces portes aient été démantelées pour faire place à des routes modernes, leurs noms sont encore utilisés pour désigner les quartiers : Dongzhimen et Xizhimen, Fuchengmen et Chaoyangmen et Xuanwumen et Chongwenmen. Il est curieux de constater que l’axe passant par Tian’anmen se situe à environ 200 mètres à l’est de l’axe véritable de symétrie, calculé à partir de la distance existante entre les murs de la ville.

À l’exception du Palais Impérial, presque toutes les structures existantes à l’intérieur et autour de la Place Tian’anmen furent construites après la fondation de la République Populaire de Chine en 1949. Pendant les dynasties Ming et Qing, les portes avec trois ouvertures chacune se tenaient aux extrêmes sud, est et ouest d’une étroite esplanade au sud de la porte Tian’anmen.

Durant la dynastie Ming, une allée couverte appelée « les mille couloirs de Bu » fut construite au sein de cette esplanade. Bu signifie à la fois « l’escabeau » et une distance égale à environ cinq pieds.

Pendant les Dynasties Ming et Qing, les principaux Ministères du Gouvernement Chinois avaient établis leurs bureaux de chaque côté de la passerelle. À l’est, se trouvaient les Ministères des Cérémonies, des Finances, de la Guerre, du Travail, du Personnel, de la Météorologie et de l’Astronomie. À l’ouest, se tenaient le Bureau des Robes Brodés (Jinyiwei), organisation qui supervisait les activités d’espionnage au cours de la période Ming, ainsi que les cinq principales commissions militaires. Durant la période Qing, le Ministère des Châtiments (le Censorate et le Taichangsi), un bureau chargé des cérémonies et des sacrifices, se trouvait également ici. Tout le quartier à l’époque était bondé d’officiers luxueusement vêtus et de délicats palanquins.

En 1949 la place fut largement agrandie, prenant une toute nouvelle dimension. C’est ici, le 1er octobre 1949, que Mao Zedong, s’exprimant devant une foule de 300 000 personnes, a proclamé la fondation de la République Populaire de Chine, soulevant pour la première fois le drapeau national chinois. Depuis lors, son imposant portrait pèse sur l’arche centrale de la porte Tian’anmen. Et l’on peut lire, sur de grandes plaques accrochées de chaque côté : « Vive la République Populaire de Chine » et « Vive l’Unité des Peuples du Monde. »

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

It is main inner container footer text
adimage
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com