La psychologie du signe astral

Plastique comme un caméléon, ironique comme un arlequin, le Gémeaux a la réputation d’un éternel adolescent, à la fois capricieux et romantique. On a beaucoup dit l’instabilité de son caractère, l’éclectisme de ses préoccupations, le vague de ses intentions et la mobilité de ses comportements.

En revanche, la dualité du signe laisse persister une rumeur qui vaut bien quelques éclaircissements. Un naturel ambivalent ne détermine pas nécessairement la duplicité : hypocrite, infidèle, tricheur, menteur, le Gémeaux l’est sans doute, mais pas tellement plus qu’un autre.

Portant la marque de la dualité, le Gémeaux est le signe de l’intelligence. Représentant l’union de l’humain et du divin dans l’homme, il incarne la fraternité et figure la conscience. Très sensible à son environnement et à son entourage, le Gémeaux éprouve la division des choses, l’instabilité des sentiments, la mobilité des idées, la variance des opinions et des modes.

Rien n’a jamais pour lui valeur d’absolu. Tout est relatif au point qu’à chaque attitude il connaît son contraire, à chaque pensée sa contradiction, à chaque vérité son envers. Incertain de sa propre identité, il est naturellement plus sceptique que crédule, cynique que naïf.

Conscient de la diversité et du changement, il ne voit pas de prise durable et profonde sur le monde. Il est plus armé pour l’immédiat, le court terme et le direct que pour les perspectives lointaines et le différé.

Son efficacité et ses performances dépendent souvent de sa rapidité de compréhension ou d’intervention. S’adaptant parfaitement aux circonstances et aux événements, il n’est jamais surpris de rien. Il retombe toujours sur ses pieds.

Son mimétisme très particulier, ses facilités de contact et de communication l’invitent à jouer des rôles d’intermédiaire, voire de médiateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire svp.
Entrer votre nom ici