La symbolique du signe astral

Huitième signe du zodiaque, le Scorpion représente la puissance souveraine du désir : le désir qui crée et qui détruit, le désir qui s’affronte à la réalité et à ses lois.

L’Eau est l’élément du Scorpion : l’eau de toutes les fermentations, de toutes les métamorphoses. Une eau de vie.
Rien à voir avec l’eau-mère du Cancer, ou l’eau-mer du Poissons.
L’eau du Scorpion est une eau qui brûle, qui corrode, qui ronge : une eau-miroir de l’inconscient qui masque le désir et refoule ses pulsions.

Informelle. Toute chose disparaît dans l’eau du Scorpion, pour se forger une nouvelle vigueur. C’est une eau qui régénère, où se trempe l’acier du corps et de l’âme.

Étonnant pouvoir de récupération ! Le Scorpion refait ses forces dans le désespoir : il doit tomber au plus bas, se croire perdu, pour enfin se sauver, se ressourcer. Pluton, le dieu des Enfers et des Morts, de ce qui est enfermé sous la terre, figure ainsi le Scorpion, son irrépressible désir de destruction comme son instinct de conservation.

Le Scorpion est aussi Judas qui trahit Jésus.
Mais sans Judas pour le provoquer d’aller jusqu’au bout de lui-même, Jésus ne serait pas devenu Christ.

Nos Scorpion d’aujourd’hui semblent toujours hantés d’une pareille mission : pousser les choses, les situations, à leurs extrêmes pour que le grain se sépare de l’ivraie et le bien du mal.
Habité, passionné par son rôle, le Scorpion ira toujours jusqu’au bout de sa propre logique, quitte à sacrifier dans l’aventure une partie de lui-même.

Fataliste, il sait que tout a une fin mais, très actif, il ne supporte pas souvent de l’attendre.
Il préfère la précipiter plutôt que laisser à d’autres le plaisir de le faire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire svp.
Entrer votre nom ici