Les signes astrologiques des stars

La négation absolue n’est donc pas épuisée par le suicide, disait Albert Camus dans « L’homme révolté. : Elle ne peut l’être que par la destruction absolue de soi et des autres…

Suicide ou meurtre sont ici deux faces d’un même ordre, celui d’une intelligence malheureuse qui préfère, à la souffrance d’une condition limitée, la noire exaltation où terre et ciel s’anéantissent. » L’extrémiste est transparent dans ces phrases d’un Scorpion mort prématurément dans un terrible « accident » de voiture.

Le tragique parcourt tous les personnages du Scorpion et leurs œuvres. Univers noirs ou délayés de Bruegel et de Vermeer de Delft, formes brisées de René Magritte ou de Pablo Picasso, pour la peinture ; mondes hantés par la mort et le sexe de Fiodor Dostoïevski ou d’André Malraux.

Fascinantes les Scorpionnes, Maria Casarès, Edwige Feuillère, Madeleine Sologne, Madeleine Robinson, Jean Seberg, Katharine Hepburn, Vivian Leigh, Grace Kelly, Annie Girardot ; elles crèvent l’écran. Inoubliable, aussi les hommes : Richard Burton, Rock Hudson, Burt Lancaster, Charles Bronson, Alain Delon ; et derrière les caméras : Louis Malle, René Clair, Henri-Georges Clouzot et aussi l’esthète Luchino Visconti.

Extrêmes de la cruauté, Charlie Manson l’assassin de Sharon Tate ; Vacher, l’éventreur ; Haarmann, le boucher de Hanovre. Bertrant, le nécrophile, et Goebbels, le nazi. Mais à l’autre extrême, vous découvrirez des Scorpion fleur bleue, romantiques telles Mademoiselle de Scudéry qui inventa la carte du tendre, Marie Laurencin et ses demoiselles pastels.

Ou encore moitié mystiques, moitié politiques : l’empereur Tibère et Mahomet. Du beau monde en vérité, même s’il pèche par son défaut de musiciens : seulement Niccolo Paganini. Mais n’avouait-il pas que le diable avait conduit sa main ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire svp.
Entrer votre nom ici