La psychologie du Sagittaire

Signe double, le Sagittaire : on a facilement tendance à l’oublier. Il est pourtant représenté par un centaure ; le haut seulement est humain, le bas tient du cheval. Un peu cavalier parfois dans ses manières : il vous traite par-dessous la jambe ! Normal. Ceci explique cela.

Mi-homme, mi-cheval, le Sagittaire est divisé : entre le haut et le bas, l’information circule mal. Au-dessus de la ceinture un conformiste qui se croit sorti de la cuisse de Jupiter. BCBG, humaniste bon teint, volontiers paternaliste, il hésite rarement à vous faire la leçon.

Dans ses bons jours, il est remarquablement honnête, compréhensif et libéral. Aux mauvaises heures, il vire au démago, se prend très très au sérieux et monte vite vite sur ses grands chevaux.

Au-dessous de la ceinture : un aventurier, un flambeur. Curiosité ou goût du risque, il devient l’homme de tous les défis, de tous les exploits, des paris de l’impossible.

Alors, le Sagittaire ? Très à cheval sur ses principes ou un peu cavaleur ? Eh bien, ça dépend. De son éducation et des circonstances, de ses affaires et de ses projets, de son milieu et de son environnement.

Civilisé ou un peu barbare, passionné et très indépendant, de toute façon ce n’est pas un mauvais cheval. Il est compréhensif, indulgent si les choses sont faites dans les règles. Honnêteté intellectuelle, probité morale, conscience professionnelle : c’est du sérieux. L’ensemble est parfois sans surprise mais d’une fiabilité à toute épreuve.

Matérialiste aussi un peu, beaucoup : on est réaliste ou on ne l’est pas. Il l’est, même s’il aspire à un monde plus serein et plus généreux.

Laisser un commentaire