L’allaitement au sein peut être poursuivi jusqu’à 6 mois et au-delà.
Les aliments les plus utilisés sont des aliments lactés diététiques du 1er âge.
On conseille vers 3-4 mois, un début de diversification de l’alimentation de l’enfant.
Elle correspond à l’élargissement du régime jusque-là essentiellement lacté.
Il s’agit d’initier l’enfant à des goûts et des couleurs nouveaux.
Cette initiation doit se faire progressivement.
Comme pour tout apprentissage, cette éducation à la nouveauté gagne à respecter des paliers.
Confronté à un refus, il ne faudra pas insister mais plutôt recommencer quelques jours plus tard.

La farine pour l’alimentation de l’enfant

Au début du 4 e mois, on ajoute au biberon de lait, de la farine.
L’introduction de la farine a pour but de fournir une partie des glucides sous forme d’amidon, dans la ration alimentaire.
La première farine sera toujours sans gluten.
Il existe différentes familles de farine dans le commerce

Farines instantanées :
Elles ont subi une pré digestion et ne nécessitent pas de cuisson.

Farines à cuire :
Qu’elles soient maltées ou diastasées, elles subissent une précuisson, mais doivent être chauffées entre 70 et 80° C.

Farines enrichies :

  • les farines lactées (à base de lait),
  • farines enrichies en fruits ou en légumes déshydratés,
  • les farines sucrées,
  • farines aromatisées : vanille, cacao …

Il est en général recommandé de n’utiliser que des farines simples (sans adjonction) et de les sucrer très modérément, voire ne pas les sucrer.
Vers l’âge de 6 mois la consistance de la bouillie sera modifiée, l’enfant mange à la cuillère.

Les sources d’amidon autre que les farines

AlimentsAgeUtilisation
Pommes de terre5-6 moisen purée (1/2 légumes – 1/2 féculent)
Banane5-6 moisécrasée ( choisir des bananes bien mûres)
Pâtes fines – semoule6-7 moisdans les potages, en remplacement de la farine
Pain – biscuits8 moisgrignotage contrôlé

En outre, les céréales du petit déjeuner seront données à l’enfant dès qu’il refuse son biberon matinal.

Les laits et produits laitiers

  • allaitement au sein,
  • les A.L.D. (2e âge),
  • laits en poudre ou bien encore en granulés: à éviter – mais cela peut dépanner,
  • laits concentrés non sucrés; à utiliser de façon exceptionnelle (par exemple lors de voyages),
  • laits concentrés sucrés : à éviter absolument,
  • lait cru : peu d’intérêt mais peut être utilisable. Il faut donc bouillir ce lait, la formation de la peau lors de l’ébullition est particulièrement riche en protides et en lipides,
  • lait pasteurisé : il ne présente aucune garantie au point de vue bactériologique, présente donc les mêmes inconvénients que le lait cru,
  • laits stérilisés: à utiliser d’abord dans la préparation de potages ou de purées puis progressivement en remplacement de l’A.L.D. 2e âge en fonction de la tolérance,
  • les yaourts : à proposer à partir de l’âge de 5-6 mois, en évitant de les sucrer ; les yaourts aromatisés ou aux fruits sont déjà sucrés (à déconseiller),
  • les fromages frais : dès l’âge de 5-6 mois à condition qu’ils soient consommés
    nature,
  • pour finir, les fromages fermentés : à partir de 8 mois coupés en petits morceaux ou incorporés dans la purée.

Les légumes dans l’alimentation de l’enfant

Ce sont des sources de sels minéraux, d’eau, de vitamines et de fibres (cellulose).
Proposez les premiers légumes sous forme de potages puis progressivement en purées de consistance semi-liquide pour arriver à une consistance normale.
Classiquement, on commence par la carotte, l’artichaut et l’épinard.
Mais, tout cela dépend des goûts de bébé.
S’il s’agit de légumes frais, il est conseillé de bien les laver, afin d’éliminer les pesticides.
Il reste à disposition des mamans, les légumes surgelés et les petits pots spéciaux pour nourrissons. Par contre, il faut éviter les conserves appertisées destinées à la consommation courante, qui sont trop riches en sel pour le nourrisson.
On augmentera progressivement la quantité des légumes selon les réactions de l’enfant.

Les quantités : 

  • 5 mois : 1 potage mixé semi-liquide
  • 6-7 mois : le midi, une purée de légumes; le soir, un potage mouliné
  • 10-12 mois : 2 fois par jour, des légumes écrasés ou coupés en petits morceaux

Les fruits

Riches en vitamines, sels minéraux et glucides. Aussi, la meilleure façon est de les consommer crus.
En revanche, pour le nourrisson, il est préférable de commencer par des fruits cuits réduits en compote, pour arriver progressivement aux fruits crus, à condition qu’ils soient bien mûrs.
De même, donner de préférence des fruits de saison.
Il existe dans le commerce des conserves spéciales nourrisson. Toutefois, ces compotes ont souvent le tort d’être trop sucrées.
Utilisez-les plutôt en dépannage et préférez la compote maison sans sucre.

3-4 mois: quelques cuillerées à café de compote (1 fois par jour)

5 mois: quelques cuillerées à café de compote (2 fois par jour)

6-7 mois: 2 à 3 cuillerées à soupe de compote ou bien encore de fruits crus écrasés bien mûrs

1 an: fruits cuits ou crus à raison de 150 g. par jour.

Les fruits secs peuvent en général faire partie de l’alimentation de l’enfant à partir de 9 – 10 mois.

Les viandes

Leur rôle essentiel est d’apporter des protéines. À savoir que les viandes blanches ont la même valeur nutritionnelle que les viandes rouges.
En outre, les viandes rouges devront être bien cuites pour les petits enfants. De préférence grillées ou rôties sans matières grasses.

Les quantités :

  • 5 mois: 10 g./jour
  • 6 – 7 mois: 15 à 20 g./jour
  • 1 an: 25 à 30 g./jour.

Il existe dans le commerce des mélanges de viandes – légumes mixés ou poissons – légumes qui pourront également être utilisés en dépannage.

Le poisson

Il présente les mêmes caractéristiques que la viande. Par ailleurs, c’est un aliment très riche en iode et en phosphore et pauvre en matières grasses. Par contre, préférez introduire les poissons maigres dans l’alimentation de l’enfant, surtout chez les tout-petits.
En ce qui concerne le mode de cuisson, il vaut mieux cuire le poisson au court-bouillon ou en papillote.
Ensuite, au niveau des quantités, ce sont les mêmes que pour la viande.

L’œuf

L’œuf est un aliment de haute valeur nutritive. Les protéines de l’œuf sont ainsi particulièrement équilibrées. Ils sont également assimilables à 100 %.
A signaler que les protéines du blanc d’œuf sont assimilables cuites uniquement. Toutefois, les œufs doivent être très frais.
Les quantités :

  • 4 mois: jaune d’œuf écrasé,
  • 6 – 7 mois : œuf dur écrasé,
  • 9 mois à 1 an : œuf coque ou poché.

L’alimentation de l’enfant et les matières grasses

On les retrouve sous forme de graisses invisibles dans le lait et la viande. Aussi, dès l’âge de 9 mois, il est possible d’ajouter une noisette de beurre dans l’alimentation de l’enfant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire svp.
Entrer votre nom ici