Le roman policier, souvent mal-aimé
S’il est un genre de littérature que l’on méprise et galvaude souvent; c’est bien le roman policier. D’un abord simple et agréable, on dénigre souvent ce style de littérature populaire. On le rabaisse aussi au titre de « roman de gare ». En quoi ce genre littéraire serait-il moins intéressant, moins profond, moins important qu’un autre ? Au sein de cette appellation, de ce genre très large, on trouve une grande variété de style et de qualité.

Des romans policiers maintenant datés de Sir Arthur Conan Doyle, des classiques « Dix petits nègres » d’Agatha Christie jusqu’aux romans policiers plus actuels de Dan Brown (« Da Vinci Code »), de John Grisham (« L’affaire Pélican », « La Firme ») ou bien encore autres Harlan Coben, Michael Connelly et Elisabeth Georges pour ne citer qu’eux.
Pour la plupart, l’adaptation de ces romans policiers au cinéma est un succès. Le genre policier foisonne littéralement d’une richesse de propos variés. Souvent traités avec talent, mêlant le thriller au cynisme, au réalisme, à l’humour…
On voit paraître régulièrement des romans policiers historiques, scientifiques, sociaux, des romans policiers où l’intrigue est un savant mélange de science-fiction et de polar comme par exemple chez Dean Koonz (« Le visage de l’ange »).

La France et le roman policier

Il faut bien avouer que les écrivains américains et britanniques dominent très largement le roman policier. Mais qu’en est-il en France ? Nous n’avons pas à rougir. En effet, actuellement dans notre pays le genre policier est extrêmement bien représenté.
Depuis longtemps les auteurs français ont compris que le genre policier n’était pas un « sous produit » littéraire. Mais c’est bel et bien un art à part entière avec ses règles, ses codes, ses secrets de fabrication.
N’hésitez donc pas à lire et à relire Fred Vargas (« L’homme à l’envers », « Pars vite et reviens tard »); J.C. Grangé (« Les rivières pourpres »); Didier Daeninckx (« Meurtres pour mémoire »); ou bien encore Maxime Chattam (« Maléfices »); et aussi à découvrir et à faire partager les romans de ses écrivains français contemporains qui ont un style bien à eux.


Notre Coups de cœur: Promesse de Jussi Adler-Olsen
Albin Michel – janvier 2016
Avec plus de 13 millions d’exemplaires vendus dans le monde, couronné par tous les grands prix du polar, dont le Grand Prix policier des lectrices de Elle, le Danois Jussi Adler Olsen est une figure incontournable du thriller scandinave.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire svp.
Entrer votre nom ici