Un papa égyptien appelle sa fille « Facebook »

Un jeune homme égyptien d’une vingtaine d’année Jamal Ibrahim a appelé sa petite fille qui vient de naître « Facebook » pour exprimer sa gratitude au réseau social pour son rôle dans la révolution égyptienne qui a menée à  l’éviction d’Hosni Mubarak  du pouvoir.

Le mot « Facebook » affiché partout au Caire sur les graffitis et les pancartes de protestation, a été considéré comme un point clé de la libre circulation d’informations dans le chaos déclenché le 25 janvier et a duré jusqu’aux derniers jours du règne politique d’Hosni Moubarak.

Le nombre d’utilisateurs de Facebook suivant l’Egypte n’a cessé de croître depuis le changement de gouvernement et l’Egypte compte maintenant plus de 5 millions d’utilisateurs actifs – plus que partout ailleurs dans la région Afrique du Nord / Moyen-Orient.

Le gouvernement militaire provisoire utilise le site pour atteindre les jeunes et rétablir la confiance après les violences qui ont déchiré le pays.

Facebook est également crédité d’avoir aidé les manifestants à renverser le gouvernement de la Tunisie.

« La famille de la petite fille, les amis et voisins de la région d’Ibrahimya réunis autour du nouveau-né ont exprimé leur soutien continu à la révolution qui a débuté sur Facebook », souligne le quotidien égyptien Al-Ahram . « ‘Facebook’ a reçu de nombreux dons de la jeunesse égyptienne qui a été ravie par son arrivée et ce nouveau nom. »


L’idée de donner à ses enfants des noms d’objets ou autres « trucs » bizarres est habituellement réservée aux excentriques d’Hollywood. Et pourtant, toute blague mise à part, l’intention des parents est certainement noble.

Après tout, la liberté de pouvoir donner un nom de fou à son bébé est  une pierre angulaire de la démocratie. La liberté pour l’enfant de pouvoir changer de prénom à l’âge adulte fait aussi partie intégrante de la démocratie…

Laisser un commentaire