Oh Snap!

Please turnoff your ad blocking mode for viewing your site content

img
Home / Santé / Repérer les maladies psychosomatiques

Repérer les maladies psychosomatiques

/
/
/
261 Views

Une maladie psychosomatique se distingue par des signes physiques affectant un organe sans que ce dernier présente des lésions ou une altération quelconque. Les maladies psychosomatiques tirent en effet leurs causes non au niveau physique mais psychique, bien qu’elles se manifestent par des douleurs corporelles. Manifestant des troubles émotionnels, le corps se charge d’émettre des signaux lorsque le seuil de tolérance au niveau psychique a été dépassé. Ces symptômes constituent alors un signal provenant de notre corps exprimant sa lassitude comme lorsque nous ne savons pas nous arrêter, ou encore de l’inconscient lorsque l’on subit une trop grande pression morale.

Le terme psychosomatique a pour origine deux mots grecs « psukhé » et « soma » qui veulent respectivement dire esprit et corps. En corrélation, ce sont l’état mental et organique qui se manifestent à travers les maux psychosomatiques et ce, sans que cela soit relié à une pathologie psychologique. L’apparition de ces maux psychosomatiques démontre bien au contraire notre intégrité mentale. Parce que nous subissons un trop plein de stress, notre état mental ne le supportant plus s’en trouve bouleversé. Ne pouvant plus gérer les diverses tensions, le système organique prend alors la relève des défenses psychiques. C’est donc par le corps que l’inconscient s’exprime pour signaler ce qui ne va pas. C’est ce qu’on appelle la somatisation. Sous l’action d’une très grande tension, l’organisme humain génère des glandes corticoïdes qui tendent à réduire les défenses immunitaires. Dans le cas où l’état de tension relativement fort est d’une durée limitée, voire passager, les défenses organiques reviennent alors à la normale dès que la tension disparaît. Autrement, constant ou répétitif, le stress provoquant la diminution de ces défenses aura pour conséquence inévitable les diverses affections. Cela étant dit, l’apparition des symptômes psychosomatiques dépend entièrement de la résistance au stress d’un individu, de son aptitude à gérer celui-ci tout comme ses aptitudes à canaliser ses appréhensions.

D’une manière générale, les affectations physiques psychosomatiques atteignent les organes les plus sensibles de l’individu. Toutefois, certains symptômes, comme par exemple l’apparition d’un ulcère gastrique, figurent parmi les signes plus courants des maladies psychosomatiques. Les organes tels que le foie ou le gros intestin sont en effet les plus fragiles en cas de troubles psychiques. Les crampes d’estomac, quant à elles, peuvent manifester une contrariété, quelque chose que l’on a de la difficulté à « digérer ». Dans le domaine de la contrariété, les éruptions cutanées telles que le psoriasis ou les aphtes constituent entre autres des symptômes caractéristiques des maladies psychosomatiques. Notons que l’eczéma ou les troubles du sommeil touchant les bébés pourraient être les signes d’un mal-être chez l’enfant, sans pour autant réduire l’analyse des symptômes sous ce seul angle médical. D’autre part, une diminution voire la perte du désir sexuel peuvent être causées par un mauvais état mental. Enfin, une intense sensibilité amène parfois à des troubles alimentaires comme la boulimie ou l’anorexie.

Les maladies psychosomatiques peuvent encore se manifester de diverses manières selon les personnes. Souvent lorsqu’un médecin annonce que les maux sont d’ordre psychosomatiques, l’on conseille souvent au patient de voir un psychothérapeute si les symptômes persistent. Avant d’aller voir un spécialiste, les symptômes psychosomatiques peuvent disparaître par une écoute appropriée de son corps. Les maladies psychosomatiques se veulent effectivement être des signaux d’alerte sur des situations qui ne nous sont pas supportables et que nous subissons quand même. Pour bien repérer ces dernières, quelques expressions de tous les jours peuvent nous aider à comprendre la nature et les causes des maux psychosomatiques. Ainsi, lorsque l’on parle d’« avoir plein le dos d’une situation ou de quelqu’un », il est fort possible que les douleurs lombaires que vous éprouvez – alors qu’une auscultation médicale ne révèle rien de pathologique –, apparaissent rien qu’à l’idée d’avoir à rencontrer telle personne. Ces démangeaisons qui vous prennent révèlent peut-être quelque chose dont vous voulez vous débarrasser et qui s’accroche à vous. Lorsque les symptômes touchent l’organe oculaire, cela peut démontrer un déni ou une situation que vous refusez de voir. Les nausées, elles, peuvent s’expliquer par un refus. Quant aux douleurs à la nuque, d’origine psychosomatiques, elles signalent l’effort intense que la personne fait pour dire oui, alors qu’intérieurement elle n’est pas du tout d’accord. Les douleurs disparaîtront alors, en étant simplement en accord avec son inconscient.

1 Comments

  1. Somatiser utile et positif

    Les petits bobos qui accompagnent souvent les états anxieux et dépressifs tels que les éruptions cutanées, abcès, démangeaisons… mal au dos, mal au cou, mal au ventre, etc… peuvent amorcer une phase de guérison morale. En prendre conscience et prendre son mal en patience en évitant les thérapies trop lourdes peut être une bonne attitude à adopter.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

It is main inner container footer text
adimage
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com