Les relations ados – parents

conflit-parents-ado
3.0 / 5

Les relations ados – parents

1170
3

Pourquoi est-ce si dur entre une mère et sa fille adolescente ?

C’est dur, c’est vivant et généralement riche ! Et c’est la preuve que la mère et la fille ont une forte personnalité et une relation intense. La fille, qui s’est nourrie de sa mère pour grandir, pour construire son identité de femme, a besoin de s’en détacher pour vivre sa propre vie. Plus l’attachement premier a été fort, plus le détachement exige d’efforts. Ces derniers peuvent être maladroits : la fille cherche à « blesser » sa mère, non par manque d’amour mais pour tenter de prendre de la distance par rapport à elle. Les rapports entre une fille et sa mère deviennent alors houleux, sans que cela soit de mauvais augure pour l’avenir de leur affection mutuelle. L’une et l’autre ont à chercher un nouveau mode de relation.
Comment le trouver ?
C’est à la mère de se comporter en adulte et de ne pas répondre comme une gamine vexée. Certaines d’entre nous vivent tellement mal la « trahison » de leur fille chérie qu’elles réagissent au quart de tour, et ne cessent de chercher querelle à leur gamine. Je me souviens d’une mère qui m’a dit un jour en parlant de sa fille : « Mais, c’est elle qui a commencé… » Cette attitude puérile m’a évidemment fait sourire ! Comment voulez-vous, dans ces conditions, que la jeune fille n’éprouve pas le besoin de prendre ses distances : il est bien difficile pour une adolescente de vivre au quotidien avec une mère qui n’est pas adulte.

Pourquoi les garçons adolescents entrent-ils en guerre avec leur père ?

Devenir un homme, c’est se tenir debout devant son père. Pour en arriver là, certains fils mettent… toute une vie ! D’autres règlent la question en quelques mois, ou en quelques années d’adolescence. Ils résistent et se révoltent ; ils entament une vraie guérilla individuelle qui peut dégénérer en guerre familiale. Surtout si le père est intransigeant et n’accepte aucun compromis, ou s’il est aveugle et ne voit pas que son fils se débat pour grandir.
Doit-on s’interposer entre un père et son fils ?
S’interposer, peut-être pas, mais la mère doit parfois expliquer au père ce qui se passe. Si l’homme est habitué à commander, s’il a du pouvoir dans son travail – ou aimerait en avoir -, il y a fort à parier qu’il engagera un bras de fer avec son fils. Un père m’a dit un jour : « On verra bien qui de nous deux aura raison de l’autre. » Cet homme n’avait rien compris. Plus il se cabrait contre les désirs d’émancipation de son fils, plus celui-ci se révoltait. Au mieux le fils serait parti, au pire il se serait soumis. L’intervention patiente de la mère, et quelques conseils judicieux de ma part, ont fait comprendre au père qu’il n’avait rien à gagner à « casser » son fils. Bien au contraire : il devait être fier d’avoir un fils capable de lui tenir tête. Il fallait qu’il s’impose autrement que par la force. Il devait apprendre à écouter son ado et à lui parler.
De façon générale, j’ai plutôt envie de dire aux parents : « Souvenez-vous de votre propre jeunesse ! » Non, pas de celle que vous aimez raconter, mais de vos moments de doute, de vos larmes refoulées, de votre révolte intime. Vous, les pères, faites tout pour montrer à votre fils qu’il compte pour vous et qu’il peut compter sur vous. Et vous, les mères, expliquez, temporisez, mais n’en profitez pas pour vous rendre indispensables. Ne vous interposez pas toujours. Vos hommes ont besoin de se rencontrer… sans intermédiaire !

coyote
sur le meme sujet

Article similaire

preados

En moyenne elle commence vers 12-13 ans. Mais les petits apprennent vite et rivalisent d'imaginatio

entre_les_murs

Il y a le docu-fiction, la tv réalité, la comédie, le polar... et puis il y a Entre les Murs. Pe

LAISSEZ UN COMMENTAIRE