Oh Snap!

Please turnoff your ad blocking mode for viewing your site content

img
Home / Magazine / La rébellion des pré-ados

La rébellion des pré-ados

/
/
/
260 Views

En moyenne elle commence vers 12-13 ans. Mais les petits apprennent vite et rivalisent d’imagination et de malice. La fulgurance de l’évolution technique et des médias contribue à leur compréhension du monde qui les entoure, parfois trop brusquement. Si bien qu’ils peuvent se mettre sur le pied de guerre dès la maternelle. Parents (les vilains) et corps enseignant (les pauvres) ou le contraire, suivant les cas, vont à leur tour rivaliser de conseils, de réflexions et de débats animés. Parfois en vain.
Chaque enfant dispose d’une partie individuelle, c’est sa personnalité, une entité inter-active. Et c’est le cas de chaque adulte également. Certains conditionnements socio-culturels, tous pays confondus, peuvent altérer l’identité de l’individu.

Chez l’enfant, cette partie de lui en est encore à l’état originel, brute et pure. Comment faire alors pour harmoniser toutes ces entités avec les nôtres ? Sont-elles encore suffisamment objectives les nôtres, à nous les adultes qui ne parvenons plus à nous faire obéir ou même écouter ? En toute humilité, je n’ai pas la réponse. Le mot discipline semble tomber en désuétude. Les notions d’avenir fructueux sonnent souvent faux à leurs oreilles. Le jeu est devenu le refuge favori.
Entre les prises de tête quotidiennes et l’indifférence feinte, la dose de culpabilité peut réellement déborder. Mais un parent aimant, même s’il manque de patience, de tact et d’esprit ludique sera toujours la pièce maîtresse de ce passionnant puzzle qu’est l’existence.

1 Comments

  1. « Mon tout petit, mon inconnu tout neuf …
    Je te bercerai de légendes et de chansons.
    Je t’apprendrai les fleurs, les bêtes, les saisons.
    Je te dirai ce que je sais de la tendresse, de l’amitié, de la patience.
    Je te laisserai aller là où tu dois aller.
    Je ne suis que sentier avant la route qui sera tienne. Je ne suis que source.
    Tu devras faire ta trace, creuser ton lit, rouler tes galets, suivre ton cœur jusqu’au delta.
    D’autres t’apprendront le rêve, le bonheur, le trouble.
    D’autres te révèleront ton vulnérable cœur d’homme.
    Le chemin sera long.
    Moi, je ne pourrai me glorifier de t’avoir donné la vie
    que si tu dois ne jamais regretter de me la devoir »

    Simone Conduché

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

It is main inner container footer text
adimage
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com