Oh Snap!

Please turnoff your ad blocking mode for viewing your site content

Home / Les signes astrologique du zodiaque / VI – Vierge – 23 août – 22 septembre

VI – Vierge – 23 août – 22 septembre

/
0 Views

Signe du zodiac: ViergeA l’aube de l’été indien et dans la splendeur des moissons, la Vierge, 6ème signe du zodiaque, entreprend une analyse sauvage de la condition humaine. Personnifiant le mythe de Dionysos et de Déméter, descendus aux enfers rechercher leur enfant Perséphone devenue amnésique pour la ramener vers la Conscience, la Vierge est enfin prête à déployer ses ailes.

L’attribution des planètes accordées à la Vierge est assez floue, tout comme la personnalité des natifs et natives du signe d’ailleurs. Mercure semble avoir eu la préférence en raison des aptitudes intellectuelles des individus nés Vierge et de la période symbolisant l’évolution psychique. Toutefois, la minuscule Chiron, vestige d’un ancien corps céleste et Vulcain, planète non encore localisée, semblent être également mentionnées. Mais la planète qui gouverne le mieux ce signe introverti, humain parfois trop, est sans conteste la Terre elle-même.

La Maison VI, domaine du travail, de la santé et des obligations quotidiennes, n’est pas certes la plus joyeuse. Néanmoins son importance est capitale sur un plan intérieur car elle se réfère à un processus de synthèse, de purification et de gestation. Ce secteur renseigne l’individu sur ses habitudes face à la routine et au service, le genre de situation professionnelle qu’il est susceptible d’attirer dans le courant de sa vie, son état de santé ainsi que l’utilisation qu’il fait de son corps en tant qu’instrument.

Dernier signe de l’été, la Vierge freine la spontanéité et analyse froidement les choses, ayant besoin de comprendre avant de décider. Les individus nés sous ce signe ont souvent un cerveau aiguisé. Précis, ordonnés, dotés d’un esprit concret et analytique, ils peuvent se révéler exigeants et ombrageux, ayant tendance à découvrir les forces de l’individualisme dans la solitude et dans la fuite. Mais ils peuvent aussi se montrer extrêmement vivaces et charmants, tant que leur discrétion légendaire ne les confine pas dans des rôles de second plan.

La Vierge en mode yang

Personnage troublant et bourru, l’homme Vierge cache toujours sa grande sensibilité derrière un cynisme apparent. Trop souvent défaitiste, il garde ses distances ayant horreur des conflits et il ne s’engagera dans des relations amicales, sociales ou sentimentales que s’il est sûr de pouvoir tout contrôler. Perfectionniste et ne laissant rien au hasard, il est rigoureux et très productif. La tranche d’âge associée à son signe, 35-42 ans, représente l’âge mûr, période de la vie impliquant souvent une crise, la fameuse crise de la quarantaine. Pour la Vierge yang, cette crise n’existe pas dans la mesure où il se sent toujours un peu défavorisé. Fort heureusement, de nombreux natifs de la Vierge rencontrent le succès, mais l’humilité sera toujours la base de leur réussite.

Le signe de la Vierge est soumis au principe du Compromis, synthèse des deux principes précédents, Maternel et Paternel (Cancer et Lion, Lune et Soleil). Aussi, c’est dans cette optique de dissonance et de résolution que l’homme Vierge utilise la médiation dans sa quête de guérison et de productivité, deux domaines liés à la 6ème Maison. Il a donc la capacité d’imposer ses idéaux sur notre environnement naturel tout en veillant à ne pas le détériorer, la Terre étant sa principale planète maîtresse.

Les personnages mythologiques représentant la Vierge yang sont assez nombreux. Héphaïstos (Vulcain chez les romains) était le dieu des Forgerons, devenu boiteux pour avoir tenté de séparer Héra et Zeus qui se disputaient. Chiron, sorte de centaure, maîtrisait quant à lui l’art de la médecine. Faust, enfin, l’alchimiste qui va les rallier à sa cause en créant la « magie hermétique », le mot hermétique venant du dieu grec Hermès. Mercure donc, le dieu à double casquette, ayant plus d’un tour dans son sac, sortira pour la Vierge le serpent Kundalini, le caducée, symbole de la planète Mercure et emblème des professions médicales. Mercure-Hermès est un dieu véloce, symbolisant la communication, le commerce, les échanges d’idées mais également les transmutations de la matière. Chez les Gémeaux, signe d’air rapide, l’influence mercurienne se manifeste au niveau du mental et des rapports sociaux. Chez la Vierge, signe de terre, lent et plus circonspect, Mercure apporte une sorte de permutation alchimique progressive, un processus de guérison requérant à la fois du temps et de la patience. Aussi, il est fréquent de rencontrer des natifs de la Vierge dans des secteurs d’activités impliquant la transformation des matières : céramistes, concepteurs de produits, ingénieurs, inventeurs, chercheurs ou médecins.

Sceptique et en proie au doute, la Vierge yang manque souvent d’assurance. Sa tendance à l’hypocondrie et aux remarques acerbes ne favorise pas sa vie relationnelle. Réputé pour son côté sombre, voire gothique, hanté probablement par ses deux planètes fantômes, Chiron et Vulcain, il garde toutes ses émotions à l’intérieur jusqu’au moment où il explose, un peu à l’image du magma qui bouillonne au centre de la Terre. Sorte de misanthrope, l’homme Vierge fait un peu penser au petit Charlie Brown de la BD, toujours blessé et découragé, donnant l’impression qu’il lui manque toujours quelque chose.

La Vierge possède un mental inférieur saturnien, donc lié au temps. Aussi, la Vierge yang apprendra à développer ses talents cachés au lieu de pointer du doigt les imperfections du monde. D’autant qu’il possède souvent un véritable génie créatif.

Malgré son handicap émotionnel, l’homme Vierge est un gentil géant. Sa connaissance charnelle et sa dextérité innée en font souvent un amant hors pair. Le hic c’est qu’il est extrêmement manipulateur et un peu trop doué pour l’humour, noir de préférence. La Vierge partage ce trait de caractère avec le Scorpion, probablement parce qu’il sont tous deux concernés par l’amélioration de la condition humaine. Mais dans les affaires de cœur, cet état d’esprit n’offre pas beaucoup de satisfactions, du moins sur le long terme.

L’homme Vierge affiche souvent un air renfrogné dès qu’il s’agit de sa vie amoureuse. Il met en place un système de défenses bien à lui pour lutter contre sa timidité et sa peur de l’intimité. Faire tomber toutes ces défenses n’est pas impossible pour une partenaire avisée, mais relativement ardu. Et tenter de le réconforter s’assimile presque à une mission humanitaire.

Si c’est lui qui décide de mener le jeu, il choisira une partenaire qu’il pourra modeler à sa guise tout en lui inculquant des critères moraux plutôt sévères. Un peu Pygmalion et assez sexiste, la Vierge yang attache beaucoup d’importance à la réputation d’une femme, et s’il s’avère qu’il tombe amoureux d’une partenaire peu vertueuse, il fera tout son possible pour qu’elle respecte ses principes moraux. Mais toute cette énergie consacrée à façonner sa partenaire pour qu’elle devienne idéale à ses yeux ne lui laisse plus beaucoup de temps pour l’aimer, et cette dernière pourrait fort bien se sentir délaissée, préférant la compagnie d’un homme qui l’aimerait pour ce qu’elle est. Pour lui-même également l’homme Vierge est exigeant. Son perfectionnisme confine parfois à la maniaquerie, surtout en ce qui concerne son physique. Complexe et complexé même s’il est avantagé par dame nature, il ne se trouve jamais assez beau, assez bien, ce qui peut l’amener, s’il n’y prend pas garde, à des actions compulsives.

Sous l’influence de l’intelligence mercurienne qui pousse à tout décortiquer, la Vierge des deux sexes court le risque d’une dépersonnalisation et d’un dessèchement de l’affectivité par excès de logique et de raison pure. Et la Vierge yang en tant que « vecteur » de productivité apprendra avec le temps à s’accepter comme il est en cessant de se punir. Il devra également se laisser aimer pour ce qu’il est en s’aimant lui-même. Cependant, l’homme Vierge a besoin de moments de solitude et d’un certain détachement émotionnel, même au sein d’une relation épanouie. Et il est important qu’une compagne aimante respecte cela.

La Vierge en mode yin

Concentrée sur le présent et la vie quotidienne, la femme Vierge recherche un cadre bien défini afin de vivre le mieux possible à l’abri des imprévus. Timide et réservée, elle préfère souvent renoncer que de se laisser aller à des actions primaires. Malgré une personnalité chaleureuse, la Vierge yin peut parfois se montrer stoïque et froide, même envers ses proches. Dotée d’un sens critique et autocritique très aigu, elle peut être blessante dans son souci d’authenticité.

La femme Vierge possède un côté obscur et trouble, donnant l’impression qu’elle n’a aucune limite. Il est vrai que c’est très difficile de savoir exactement ce qui l’anime ou l’inspire. Secrète et introvertie, elle donne souvent l’image d’une femme sans ambition particulière car elle ne se fixe ni délai, ni ligne de conduite, même pour les objectifs qu’elle s’est fixés. La femme Vierge est paradoxale, peut être encore plus que la femme Poissons, et cette forme d’insouciance contraste fortement avec l’organisation, l’ordre et la méthode dont elle est capable.

La Vierge yin ressent un besoin viscéral d’être utile. Sous l’influence de la Maison VI, liée au service et à la santé, il est fréquent qu’elle s’engage dans des œuvres humanitaires ou des professions médicales ou para-médicales. Toutefois, elle attend aussi beaucoup des autres, non par dépendance mais par pure logique, son signe étant soumis au principe de mutualité. Et la femme Vierge apprendra, parfois amèrement, les bienfaits de l’individualisme.

Personnifiée par Déméter, déesse grecque de la Terre et des Récoltes, la femme Vierge incarne la nature généreuse et bienfaisante. Mais, à l’image de la Terre-Mère qui donne aussi facilement qu’elle reprend, on ne peut pas éternellement se jouer de la Vierge yin. Tout comme on ne peut pas polluer éternellement notre planète sans en subir les conséquences, on ne peut pas abuser de la nature serviable de la Vierge sans qu’elle réagisse. Et aussi angélique qu’elle puisse paraître, la femme Vierge n’hésitera pas à utiliser toutes les armes de Mercure pour se défendre si elle est dupée.

La Vierge yin peut parfois souffrir, surtout pendant ses jeunes années, de troubles obsessionnels, liés en partie à cette retenue typique de son signe et à trop de modestie. Cela peut se traduire par des blocages de la parole : Soit elle ne peut plus parler, soit elle débite le même discours, un peu à la façon d’un disque rayé ou comme si quelqu’un avait appuyé sur la touche rappel d’un téléphone. Elle peut être également sujette aux troubles du comportement alimentaire. L’influence de la Maison VI prend ici tout son sens et il est fréquent que de nombreuses femmes marquées par le signe de la Vierge se passionnent pour la psychologie, la diététique ou les médecines douces, pour la bonne et simple raison qu’elles en connaissent un rayon … et que le verbe « somatiser » n’a aucun secret pour elles.

La Vierge yin cherche en fait à protéger l’enfant qui est en elle. Pour reprendre le mythe de Déméter et de sa fille Coré-Perséphone, cette dernière ayant été enlevée par Hadès, le dieu des enfers et séparée des siens 6 mois de l’année, la femme Vierge symbolise parfaitement la petite fille à sa maman, éprouvant tout à la fois le chagrin de la séparation ombilicale et la confusion de ses sens après avoir été rendue impure par son diabolique mari.

La femme Vierge est un peu la miss plamplam du zodiaque. Avant d’atterrir dans son lit un homme doit d’abord devenir son ami puis son confident. C’est en partie pour cette raison que de nombreuses femmes Vierge se marient très jeunes, ou plusieurs fois, ou au contraire s’accrochent à leur célibat, la Vierge étant le signe qui compte le plus de « vieilles filles » (et aussi de « vieux garçons »).

Cette image de fille sage que la Vierge yin projette tout en essayant de la briser n’est pas évident pour un homme, car une simple conversation avec elle peut prendre des allures de tentative de séduction et l’entraîner dans son lit s’apparente à de la corruption. Il faut dire que dans ses rapports avec les hommes, il y a toujours une connotation fraternelle, plus accentuée encore si elle envisage une relation avec l’un d’eux. Ce comportement dû en partie à sa timidité prête, il est vrai, à confusion car ce partenaire potentiel pourrait tout simplement se dire qu’elle ne veut pas aller plus loin mais juste rester copains.

Même au cœur d’une relation sentimentale, la femme Vierge a besoin d’être utile, peut-être pour compenser ses blocages affectifs et son manque d’abandon. Lorsqu’elle est amoureuse, elle se montre tendre, dévouée, fidèle et loyale, n’hésitant pas à aider son partenaire dans sa vie professionnelle ou à l’encourager dans ses projets. Elle peut paraître passive et soumise dans l’intimité tant elle est calme avant de passer à l’acte. Mais que son partenaire ne s’y fie pas, s’il consent à s’abandonner à l’intelligence physique, à laisser faire son instinct et surtout à ne rien précipiter, il sentira la terre bouger …

Mais tous les hommes ne méritent pas d’être traités comme des seigneurs et, lasse de tant de sagesse suspectée car incomprise et surtout parfois si mal récompensée, la Vierge yin peut, d’un coup, devenir franchement libertine. La femme Vierge incarne avec tant de force cette dualité paradoxale « mère-putain », qu’elle oblige en quelque sorte chaque homme qu’elle croise à réconcilier ces deux étiquettes.

La Vierge yin est très à l’aise dans une relation libre, ayant besoin comme son homologue masculin de moments de solitude. Aussi, elle court le risque de rencontrer des hommes qui chercheront à exploiter ses talents sans l’aimer vraiment. Et l’homme qui conviendrait le mieux à la femme Vierge est justement celui qu’elle craint le plus, à savoir un partenaire qui n’aurait pas besoin de ses services de consultante ou de secrétaire mais juste de son amour …

It is main inner container footer text
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com