V – Lion – 23 juillet – 22 août

Signe du zodiac : LionResplendissant en pleine lumière et dynamisé par l’astre de feu, le Lion, 5ème signe du zodiaque, joue en alternance avec les pulsions de la force et les tentations de la faiblesse. Signe du cœur et de la vitalité, le fauve à l’énergie débordante devra apprendre à se dompter lui-même pour que la sagesse triomphe du conflit. Le Lion est un signe puissant, masculin, au comportement fixe qui implique magnétisme, concentration et persévérance. Il participe à la structuration et au maintien du monde visible.

Le caractère enthousiaste des individus nés sous le signe du Lion leur permet bien souvent d’attirer la chance et le succès. Sociables, aimables et très affirmatifs, les Lions et les Lionnes sont toutefois dépendants du besoin de plaire et de ce fait totalement soumis aux flatteurs. Ils recherchent dans le brio social une image sécurisante d’eux-mêmes et devront dépasser cette fragile façade avant de pouvoir s’affirmer leaders dans leur domaine. Leur générosité favorise les élans du cœur ainsi que certains idéaux comme la loyauté, l’honneur et la dignité humaine. Le Lion est un signe de feu qui évoque également la force spirituelle.

La Maison V est le secteur astrologique dont le champ d’expériences est le plus vaste. Domaine des plaisirs et du jeu, la 5ème Maison couvre également toutes les créations de l’homme, y compris ses enfants, l’art, le théâtre et la danse, les rapports amoureux, le talent, l’amour-propre, la compétition et la joie de vivre … Le Lion et la Maison V sont donc en relation immédiate avec le sentiment de reconnaissance de soi par les autres et par soi-même. Symbolisant tout autant l’amour, l’individu relié au signe du Lion et à la 5ème Maison exprime son identité sans interférence, ses expériences amoureuses lui permettant de découvrir son potentiel.

Le Lion en mode yang

Gouverné par le Soleil, Principe Paternel et énergie dominante de l’univers, l’homme Lion entend bien mener une vie de roi en toute légitimité. Les concepts d’autorité, de pouvoir, de suprématie, voire d’absolutisme lui sont familiers mais il cèdera rarement à la duplicité, plaçant l’honnêteté et l’intégrité au-dessus de tout.

Fidèle à son totem, le roi de la jungle, le Lion yang trouve tout à fait naturel d’occuper le devant de la scène. Adepte des longs discours souvent pleins de bonne volonté, il peut épuiser son entourage qui parfois aimerait qu’il soit muni d’un bouton marche/arrêt. Néanmoins, il est rare que quelqu’un lui coupe la parole et dans la mesure du possible, il vaut mieux éviter. Un homme Lion qui reste silencieux dans son coin n’augure rien de bon car, s’il est blessé, un peu à l’image de son animal symbole qui se serait enfoncé une épine dans la patte, il peut devenir dangereux.

Le Soleil symbolise la dure réalité du jour, par opposition à la Lune qui se rapporte au monde mystique de la nuit. Aussi, l’homme Lion est un réaliste, un pragmatique, qui se méfie de la sensiblerie féminine et des sentiments excessifs. Des notions plus masculines comme le courage, le respect, la fierté ou encore la moralité sont inhérentes à son statut de monarque. A la fois noble et sauvage, le Lion astral correspond, dans l’évolution des hommes à travers les mythes, à la période marquée par le règne des premiers rois.

Le Soleil est symbolisé par un point représentant l’individu niché au cœur de la sphère divine, impliquant l’intégration de l’homme dans sa totalité. Également appelé le Bouclier d’Hélios (Dieu grec du Soleil), emblématique de la position de l’astre dans le zodiaque, ce point est également au cœur de l’interaction humaine. Le Lion yang personnifie cet état d’épanouissement et de maturation personnelle typique de la tranche d’âge associée à son signe, 28-35 ans. Cette période de l’existence oblige souvent l’individu à jouer un rôle dans la société et à assumer le poids de ses obligations. Pour le Lion, ayant hérité d’un pouvoir majestueux en raison de la position de son signe sur le zodiaque, la double influence de cette obligation « royale » et de la Maison V où loisirs et amusements sont prioritaires, peut créer un inconfort psychologique : se soustraire à ses lourdes responsabilités tout en restant joyeux, à l’aise et naturel.

La crinière du Lion, ô combien symbolique du signe, représente le pouvoir masculin et la virilité. Elle évoque également la règle qui prévaut dans la nature selon laquelle seuls les plus forts survivent. L’homme Lion, il est vrai, affiche un certain mépris pour les faiblesses des autres et n’a aucune sympathie pour les personnes timides, trop émotives ou manquant d’assurance. Mais entre la loi de la jungle, l’ironie de La Fontaine avec son célèbre adage : « La raison du plus fort est toujours la meilleure », il y a la philosophie adoptée par notre bon roi Arthur qui consistait à faire bon usage de sa volonté de fer tout en manifestant une certaine bienveillance envers son peuple. Et le Lion yang, s’il ne veut pas, l’âge venu, passer pour un vieux despote fatigué, serait bien avisé de reconsidérer certaines tendances dictatoriales.

L’homme Lion, semblable à une étoile fixe, est un centre naturel d’attention autour duquel les autres gravitent invariablement. Il n’a que très peu d’efforts à faire pour établir une relation personnelle. Toutefois, il est rare que quelqu’un ose s’approcher de très près. Le Lion yang intimide souvent les femmes qui se sentent comme des collégiennes à son contact. Possédant un vrai cœur d’or, il peut, paradoxalement, faire preuve d’un incroyable égoïsme. L’homme Lion ne tombe pas facilement amoureux mais si cela lui arrive, il considère cette relation comme quelque chose de sacré et sera plus porté par ses émotions que par le simple désir physique. Il possède un indéniable côté fleur bleue mais refuse catégoriquement d’être considéré comme un romantique.

Sûr de son attirance, l’homme Lion n’utilise aucun artifice pour séduire. Adepte de la simplicité, son assurance et son aisance naturelle lui suffisent amplement. Extrêmement discret sur sa vie privée, il estime n’avoir rien à prouver. Rigoureusement monogame et relativement pudique, le Lion yang est probablement le seul homme du zodiaque capable de se passer de sexe et de le clamer haut et fort. En vérité, une relation sexuelle est pour lui totalement inutile si elle n’est pas accompagnée de sentiments. Et en attendant qu’une reine digne de ce nom se présente devant lui, il restera fidèle à lui-même, favorisant l’amour de soi à celui que l’on porte à son prochain. Et cette reine que le roi Lion attend devra être dotée des mêmes qualités solaires que son divin mari, à savoir autorité, domination, sentiment de supériorité … Et surtout qu’elle ne soit nullement impressionnée par le côté imposant de son compagnon.

Cependant, sous l’influence de la Maison V associée au sport et au jeu, le Lion n’est pas toujours loyal ! Étant plus souvent courtisé que « dragueur », il est fréquent que les femmes se jettent dans ses bras. Et rien ne le rend plus heureux que de voir toutes ces rivales se crêper le chignon pour obtenir ses faveurs. Il prendra alors un malin plaisir à jouer le rôle du trophée vivant, offrant à sa cour un bien croustillant spectacle.

Étant particulièrement exigeant en ce qui concerne sa future partenaire, l’homme Lion peut se perdre dans une série sans fin de tests, destinés à évaluer les qualités humaines et la résistance émotionnelle de sa reine potentielle. Et en dépit de ses nobles intentions, cette manie de soumettre les femmes à diverses épreuves peut finir par le rendre franchement pénible. D’autant que ce comportement fini par devenir, parfois à son insu, un délicieux passe-temps, une sorte de jeu du chat et de la souris. Car, en tant que maître suprême, il sera toujours en quête de sa contre-partie royale.

Le Lion en mode yin

La femme Lion, il faut le savoir, fonctionne à plein régime. Très énergique et rebelle à toute forme de soumission, sa devise est, tout simplement, « Je veux ». Fidèle à son archétype Artémis, déesse protectrice de la nature, vierge et chasseresse, le Lion yin refuse l’autorité des hommes, n’hésitant pas à les combattre si besoin est. Ce refus d’obéissance face à une société à dominante patriarcale reflète assez bien le rôle tenue par la lionne dans la nature. Cette espèce féline est en grande partie dominée par les femelles puisque ce sont elles qui chassent et s’occupent du groupe, le mâle ne venant les rejoindre que pour prendre sa fameuse « part du lion ».

Hestia, autre divinité emblématique de la femme Lion, représente le foyer, le cercle solaire évoquant la conscience collective. La virginité accordée à ces deux déesses antiques ne sont nullement un signe de chasteté. Artémis et Hestia (Diane et Vesta chez les romains) étaient considérées comme trop puissantes pour être mariés à d’autres dieux. Symbolisant respectivement la Chasse et le Foyer, ces deux déesses incarnent parfaitement cette dualité que l’on retrouve chez la Lionne (aussi bien chez la femme que chez l’animal) : pourvoir aux besoins des siens et les protéger. Et il est vrai que pour la femme Lion, la vie est une chasse perpétuelle, quoique excitante. Mais elle veillera toujours farouchement sur son foyer, attentive à maintenir les liens familiaux et constante dans la poursuite de ses passions.

Véritable Diva, la femme Lion a besoin d’être en pleine lumière, de briller et de montrer son expression créative. Dotée d’une volonté inflexible lorsqu’il s’agit d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés, elle ne laisse personne se mettre en travers de sa route, manquant singulièrement de recul en cas de conflit. Néanmoins, il est assez rare qu’elle se retrouve piégée dans une bataille. Rusée dans ses offensives, à l’image de son félin totem, elle rampe, tapie dans l’ombre, attendant le bon moment pour se lancer sur sa proie. Opportuniste et ne faisant aucun sentiment pour réaliser ses ambitions, elle bouscule tout sur son passage.

Bouillonnante d’énergie et franchement extravertie, le Lion yin, même si elle essaie, ne passe jamais inaperçue. Son côté effronté, un peu rude et impérieux impressionne les hommes et la rend très sexy. Souvent entourée d’un cercle d’admirateurs et d’admiratrices dévoués et à ses ordres, elle n’oubliera jamais, par contre, de leur prodiguer sa légendaire générosité.

La femme Lion est entière, passionnée et elle se donne à 100% dans tout ce qu’elle entreprend. Le revers de la médaille existe néanmoins car, sujette aux accès de colère, elle a du mal à admettre ses erreurs et supporte difficilement que l’on fasse mieux qu’elle. Et ses concurrent(e)s peuvent devenir involontairement les objets de sa jalousie presque maladive, sa forte propension à la mégalomanie pouvant causer sa perte si elle n’y prend pas garde. Fort heureusement, avec le temps la plupart des femmes Lion deviennent plus calmes dans l’expression de leurs passions et de leurs opinions.

Sensuelle, endurante et possédant une température légèrement plus élevée que la normale, il va sans dire que la femme Lion recherche un partenaire au sang chaud avec lequel une passion ardente sera vécue d’égal à égal. Lorsqu’un homme lui plait, elle ne fait pas de chichis pour lui faire connaître ses intentions. Le Lion yin est très directe dans son approche et il arrive que certains partenaires potentiels soient effrayés par tant d’audace. Aussi, les hommes trop timorés seraient bien avisés de prendre la fuite pour ne pas être dévorés tous crus, car une Lionne repoussée dans son élan sera inévitablement blessée et sortira les griffes.

Toutefois ce scénario est peu fréquent car, l’intuition féminine aidant, la femme Lion se trompe rarement quant au choix d’un partenaire. Ayant appris dès son plus jeune âge à affiner sa technique de séduction, elle commence par se montrer docile et douce, consciente de son côté dominant, allant jusqu’à jouer les « ingénues » pour mieux dissimuler sa redoutable ambition. Mais toute cette mise en scène n’est pas toujours consciente et se déclenche surtout lorsque des sentiments très forts sont présents. L’amour n’est pas quelque chose de très évident pour la femme Lion, elle a d’ailleurs du mal à s’attacher et, pour dire la vérité, elle n’y tient pas trop, préférant manifester ses émotions au travers des relations sexuelles, du sport ou d’un art. Néanmoins, et même si elle flirte parfois outrageusement, une grande romantique sommeille en elle et ne demande qu’à se réveiller.

La femme Lion est soumise au Principe d’Absolu du Soleil, ce qui l’incite à se dévouer totalement à ses objectifs et à participer pleinement à tous les niveaux de l’existence. En amour, ses exigences sont donc à la hauteur de cet absolu et être aimé par une femme Lion revient à exprimer ses sentiments de façon constante et sans demi-mesure. Et c’est là que réside une source d’erreur pour notre Lionne : Elle adore qu’un homme se jette à ses pieds et l’admire sans réserve, n’hésitant pas pour cela à jouer les gentilles bimbos. Mais à ce jeu elle risque de rencontrer de qu’elle redoute, à savoir son équivalent macho, un « himbo » en quelque sorte, ou d’attirer, ce qui n’est pas mieux, tous les faibles et les malheureux du monde. Et elle comprendra, parfois durement, que son besoin incessant de reconnaissance ne s’accorde pas bien avec l’amour et avec une relation d’égal à égal – et c’est bien cela qu’elle espère de tout son cœur.

coyote

LAISSEZ UN COMMENTAIRE